Bienvenue au Ministère public de la Confédération (MPC)

En tant que Ministère public de la Confédération, le MPC est chargé d’enquêter sur les délits relevant de la juridiction fédérale, énumérés aux articles 23 et 24 du code de procédure pénale et dans des lois fédérales spéciales. Il lui incombe également de soutenir l’accusation dans ces mêmes cas.

Derniers communiqués de presse du MPC

18.05.2022: Lutte contre le terrorisme: mise en accusation pour une attaque au couteau à motivation djihadiste à Lugano

Mise en accusation pour une attaque au couteau à motivation djihadiste à Lugano

Berne, 18.05.2022 :Dans le cadre de l'attaque au couteau du 24 novembre 2020 contre deux femmes dans un grand magasin de Lugano, le Ministère public de la Confédération (MPC) a déposé un acte d’accusation auprès du Tribunal pénal fédéral contre une ressortissante suisse de 29 ans domiciliée dans le canton du Tessin. Il est principalement reproché à la prévenue la tentative d’assassinat et d'avoir enfreint la loi Al-Qaïda/EI. Le MPC lui reproche d'avoir agi dans le but de tuer ses victimes et de commettre un acte terroriste au nom de « l'Etat Islamique (EI) ».

19.04.2022 : Ministère public de la Confédération : Rapport de gestion 2021

Ministère public de la Confédération : Rapport de gestion 2021

Berne, 19.04.2022 : Au cours de l'année 2021, le Ministère public de la Confédération (MPC) a obtenu des jugements déterminants pour la jurisprudence suisse et a pu mener à terme de nombreuses procédures.

13.04.2022 : Printemps arabe : l’instruction dans le contexte de la « Révolution égyptienne » est classée

Printemps arabe : l’instruction dans le contexte de la « Révolution égyptienne » est classée

Berne, 13.04.2022 : Dossier emblématique du contexte « printemps arabe », le Ministère public de la Confédération (MPC) mène, dans le cadre de la « Révolution égyptienne de 2011 », une procédure pénale depuis 2011. Sur la base de ses nombreuses investigations et après avoir transféré CHF 32 millions à l’Egypte en 2018, le MPC constate toutefois aujourd'hui que l'instruction n'a pas permis d'établir de soupçons justifiant la mise en accusation d'une personne en Suisse ni la confiscation de valeurs patrimoniales.

https://www.bundesanwaltschaft.ch/content/mpc/fr/home.html